by Anaya Katlego on Unsplash

Quand les étudiants ont faim

Ce qui coûte d’être pionnier en Afrique du Nord

Karim* entra dans la petite chambre. Il faisait froid. Sept étudiants étaient assis ensemble par terre. Il n’y avait ni chaises ni meubles. Ils ne pouvaient pas se permettre d’en acheter. L’argent de la bourse qui leur restait avait déjà été dépensé pour payer le loyer de la chambre. Certains survivaient de pain et d’eau. Pourtant, c’était un sacrifice que ces étudiants étaient prêts à faire. C’était un endroit où ils pouvaient se rencontrer en toute sécurité pour étudier la Bible.

Karim, un membre du personnel de l’IFES du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), s’était rendu dans cette ville musulmane isolée pour voir Asafu*, l’un des étudiants. Ils s’étaient rencontrés sept mois plus tôt, lors du congrès du mouvement national de l’IFES. Là, Karim avait entendu l’histoire d’Asafu…

Le rêve d’Asafu

Quelques années plus tôt, Asafu avait déménagé depuis l’Afrique subsaharienne dans une grande ville musulmane d’Afrique du Nord pour ses études. La vie était différente, mais pas trop difficile. Il y avait déjà un grand groupe d’étudiants chrétiens, composé principalement d’autres étudiants internationaux. Mais à ce moment-là, Asafu a entendu parler d’une autre ville de l’autre côté du pays. Elle était beaucoup plus éloignée et n’avait aucune présence chrétienne. Je pourrais peut-être aller y créer un groupe d’étudiants, pensa-t-il.

Il était donc parti, à des centaines de kilomètres de l’ami chrétien le plus proche, pour commencer quelque chose de nouveau. Mais le changement avait été plus difficile qu’il ne l’avait prévu, et le découragement s’installait en lui. Avec le cœur lourd, il était parti pour le congrès national étudiant de l’IFES.

by Javi Lorbada on Unsplash

Un tournant

C’est lors du congrès que les choses ont commencé à changer pour Asafu. Il a rencontré Karim et d’autres frères et sœurs qui l’ont écouté, ont prié pour lui et l’ont encouragé. Après quelques jours ensemble, Asafu était retourné dans la ville reculée, l’espoir renaissant une fois de plus. Karim avait accepté de lui rendre visite plus tard cette année-là.

C’était un énorme encouragement pour Karim de voir Asafu se retrouver maintenant avec six autres étudiants chrétiens chaque semaine. Émus par le sacrifice et le besoin de ces étudiants, Karim et la région MENA ont décidé de leur acheter des chaises et des tables, ainsi qu’une petite étagère pour leurs livres.

Croissance miraculeuse

Cinq mois plus tard, Karim est retourné à nouveau pour visiter Asafu. À ce stade, le groupe était passé à 15 personnes. La plupart étaient des étudiants internationaux – certains issus d’un milieu dit chrétien, et d’autres étaient venus à la foi à travers le groupe. Deux années plus tard, le groupe avait encore grandi pour arriver à 30 ! Ils ne pouvaient pas tous entrer dans la chambre louée et devaient donc louer un appartement à la place !

Aujourd’hui, il y a un ministère étudiant prospère dans cette ville reculée, avec environ 60 étudiants. Le groupe a également aidé à lancer la réouverture d’un bâtiment d’église local, qui a maintenant un pasteur et des cultes hebdomadaires.

* Les noms ont été changés.


Faites un don aujourd’hui afin de soutenir les initiatives pionnières de l’IFES en Afrique du Nord et dans le monde:

Je souhaite donner à

Se connecter à votre compte de donateur
$

Travail pionnier

Find out more
Toutes les publications de Conexión