« Le grand joyeux »

Quand la bonne nouvelle est parvenue en Nouvelle-Zélande

Imaginez n’avoir jamais entendu parler du récit de Noël de la naissance du Sauveur. A quel point votre vie serait-elle différente ?

Pour les bergers vivant dans les champs qui gardaient leurs troupeaux la nuit, un jour de travail ordinaire s’est avéré être un événement extraordinaire qui a changé leur vie. Ici, en Nouvelle-Zélande, ce n’est que très récemment que le récit de Noël et le message chrétien sont parvenus à nos îles.

Le jour de Noël de 1814, un homme du nom de Samuel Marsden (qui par ailleurs venait de mon village en Yorkshire en Angleterre) est arrivé en Nouvelle-Zélande et a apporté le message de la naissance de Jésus à ces îles pour la première fois. En rencontrant le peuple maori indigène de Nouvelle-Zélande, il a employé les mots de Luc 2.10 pour prêcher le premier sermon chrétien en Nouvelle-Zélande :

« N’ayez pas peur: je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d’une très grande joie. »

Son traducteur a utilisé le mot maori « Rongopai » pour partager le message de Noël. Rongopai signifie littéralement « le grand joyeux », ou ce que nous connaissons plus communément comme étant « l’évangile ». Le message chrétien est une bonne nouvelle. Il est le sujet d’une très grande joie. Il est pour tout le peuple.

Comme les bergers il y a un peu plus de 2000 ans, et comme les Maoris de Nouvelle-Zélande d’il y a un peu plus de 200 ans, aujourd’hui, nous avons le privilège d’avoir entendu cette bonne nouvelle d’une très grande joie de la naissance du Sauveur. C’est à présent notre privilège et notre responsabilité de la partager à tout le peuple. Imaginez la différence que cela ferait dans leurs vies.

Ben Carswell, Directeur des ministères étudiants, TSCF Nouvelle-Zélande (originaire du Yorkshire, Angleterre)

All Conexión posts