Un couteau sous l’oreiller

L'Évangile pour les étudiants indiens en Arménie

Niraj* était étudiant en médecine. Il semblait décontracté et rempli d’assurance. Mais la nuit, c’était une autre histoire. Il était tourmenté par des cauchemars et dormait toujours la lumière allumée. Ce qu’il a apprenait à la faculté de médecine ne l’aidait pas, alors il gardait un couteau sous son oreiller pour tenir les mauvais rêves à distance. 

Une communauté attrayante   

Niraj est l’un des 1 500 étudiants originaires d’Inde qui étudie à Erevan, l’ancienne capitale de l’Arménie. Il assiste régulièrement aux études bibliques pour étudiants de l’IFES et même à leurs réunions de prière, avec d’autres camarades de classe hindous. Il aime cette communauté. C’est un lieu de refuge, loin de la population étudiante internationale indienne ; c’est un lieu d’acceptation, où l’on n’est pas jugé en fonction de ses résultats. Pas de commérages, pas de médisance, pas de pression.  

Aucune peur. 

Quant aux choses de la foi chrétienne… il pouvait y adhérer, pour l’essentiel. L’existence de Jésus semblait être une bonne idée et cela ne semblait pas incompatible avec ses vagues croyances hindoues. Mais ses amis chrétiens lui disaient qu’il devait choisir : on ne pouvait pas se contenter d’ajouter Jésus à ses croyances. C’était tout ou rien. Le fait de suivre Jésus a une incidence sur tous les aspects de la vie. Sur le travail, le couple, nos paroles, notre argent, notre temps libre. 

Pour Niraj, tout cela paraissait un peu intrusif. 

Un Hindouisme amélioré

L’histoire de Niraj n’est pas exceptionnelle. Tous les ans, des centaines de jeunes hindous quittent l’Inde pour aller étudier en Arménie. Les études y sont moins chères et il est plus facile d’entrer à l’université. Les étudiants en médecine comme Niraj y passent six ans, ce qui laisse largement le temps d’investir dans leur vie. Et ils sont généralement heureux de participer aux activités et à la communauté de l’IFES. Mais beaucoup d’entre eux, comme Niraj, optent pour un hindouisme amélioré en y ajoutant Jésus. Le pas de foi nécessaire pour placer leur confiance en Christ seul est difficile à faire. Les amis de Niraj priaient pour qu’il vienne enfin à la foi. Pour cela, certains doivent faire de petits pas. 

Et récemment, Niraj a encore fait un pas. 

Il n’y a plus de couteau sous son oreiller la nuit. 

Au lieu de ça, il prie :

« Jésus, tu es avec moi. Tu veilles sur moi, alors je me couche. » 

Priez avec les amis de Niraj, afin qu’il parvienne à faire de plus en plus confiance à ce Dieu dont les voies sont meilleures, dont la grâce est suffisante et dont l’amour chasse toute crainte. 

Toutes les publications de Conexión