Un cheminement vers l’émerveillement

3 façons de protéger la création

Le cheminement 

La justice environnementale est une question complexe. Même le moindre choix fait par le consommateur a des répercussions à la fois humaines et non humaines dans des endroits proches et lointains. Nous pouvons nous sentir impuissants devant cette problématique. Mais Prarthini Selveindran, un équipier du ministère du FES à Singapour, pense qu’il est préférable de l’aborder comme un voyage. 

Prarthini vit à Singapour, une cité-État remplie de jardins luxuriants et de gratte-ciel longeant des parcs verts et des eaux bleues. Malgré l’environnement éblouissant de la cité-État, les habitants sont privés de la nature. Leur cadre de vie naturel apparent est conçu pour associer beauté et ordre. C’est pourquoi, selon Prarthini, les merveilles de la création de Dieu sont souvent négligées.  

Prarthini se sent ravie d’aider les étudiants à développer le sentiment de l’émerveillement comme première étape de leur voyage dans la protection de la création. Elle les invite à des « classes en mouvement » dans lesquelles les participants sont emmenés dans la nature pour des ateliers et des visites autour du jardinage et de la gastronomie. De plus, elle propose aux étudiants de chercher dans les Écritures des indices concernant la protection de la création. C’est un sujet qui lui tient particulièrement à cœur puisque ses propres équipiers du FES l’ont encouragé à réfléchir à la question pendant ses études universitaires. Elle nous raconte comment un passage de la Bible a influencé son propre parcours : 

« Le Psaume 104 est un texte qui a façonné une grande partie de ma réflexion sur la façon dont nous devons nous positionner concernant la création. Il y a, sans doute, un lien avec l’interconnexion et la joie ressentie devant ce que Dieu a créé qui nous invite à réaligner notre perspective pour voir le monde à travers une lentille théocentrique. C’est important parce que c’est vrai que nous vivons dans un monde brisé mais il est pourtant magnifique. Prendre soin de la création, c’est donner un sens à la façon de vivre à l’intérieur de celle-ci ». 

Inviter d’autres personnes 

Elle a maintenant transmis sa ferveur à deux étudiants universitaires qui ont commencé leurs propres cheminements. Dennis Tan et Rebecca Goh se sont rendus compte que grâce aux discussions sur la protection de la création dans leurs groupes FES, ils se sont appropriés d’une nouvelle vision pour prendre soin des autres. Et ils veulent inviter plus de personnes. 

Avec l’aide des étudiants de plusieurs universités, Dennis et Rebecca ont créé un compte Instagram afin de publier du contenu sur la protection de la création. Ils publient des conseils pour développer un mode de vie durable, des faits sur l’environnement et des sujets de discussion. 

Alors qu’ils encouragent d’autres étudiants à réfléchir davantage sur la protection de la création, Dennis et Rebecca sont conscients de la complexité de la question. Plutôt que de le voir comme un fardeau, ils ont appris trois façons de considérer la protection de la création comme une partie réalisable de la vie quotidienne. 

1. S’émerveiller  

Dennis nous invite à lever les yeux. Littéralement. Soulevons les yeux de notre écran et regardons à l’extérieur. Il dit que lorsque nous ralentissons et passons du temps dans la nature, nous commençons à nous émerveiller de voir ce que Dieu a créé. Et quand on s’émerveille devant quelque chose, on a envie d’en prendre soin.  

Rebecca ajoute que l’émerveillement n’est pas difficile, mais qu’il faut apprendre à ralentir.  

« L’émerveillement commence simplement en se penchant sur des choses auxquelles nous ne faisons généralement pas attention. Il est vrai que la technologie nous aide à aller plus vite et à être plus efficaces, mais c’est lorsque nous ralentissons que nous pouvons admirer le monde que Dieu a créé ». 

Selon Dennis, il est facile de trouver des opportunités pour s’émerveiller. 

 « Commencez à explorer les espaces naturels autour de vous, comme les parcs ou les sentiers naturels. Le simple fait de lever les yeux de nos livres pour regarder par la fenêtre [nous aide à] voir la main de Dieu dans les cieux et la verdure autour ». 

2. Prendre de simples décisions 

Lorsque nous réfléchissons aux décisions à prendre pour développer une consommation durable, nous pouvons vite nous sentir paralysés. Mais Rebecca et Dennis conseillent aux étudiants de ne pas se mettre trop de pression. Rebecca encourage les étudiants à commencer leur cheminement par de petites étapes pratiques. 

« Pour commencer, utilisez une bouteille d’eau réutilisable et des sacs de courses réutilisables. Une fois que vous êtes à l’aise avec ce fonctionnement, continuez avec des changements plus importantes. Partagez ces objectifs avec vos amis afin que vous puissiez être responsable les uns envers les autres ».  

Dennis dit que les étudiants ont souvent l’occasion de consommer moins parce qu’ils ont généralement moins d’argent à dépenser. Il recommande de fixer un budget pour être un gestionnaire responsable à la fois de votre argent et de l’environnement.  

« De cette façon, je dois vraiment réfléchir à où je vais dépenser mon argent. J’ai le privilège de ne pas avoir à me soucier de l’argent tout le temps, mais cela me choque parfois de voir combien j’ai dépensé en nourriture, ou des choses non essentielles. Je peux voir aussi combien je consomme ! Cela me fait réfléchir sérieusement à la prochaine fois que je veux acheter quelque chose de neuf et à savoir si cela correspond aux préceptes de Dieu qui désire que nous menions un style de vie simple ». 

3. Apprendre 

C’est important d’être curieux, souligne Rebecca. Elle conseille aux étudiants de s’intéresser à plusieurs points de vue sur la question et d’examiner les preuves bibliques par eux-mêmes. Elle recommande de commencer ce cheminement avec les ressources suivantes : 

  1. Le blog de A Rocha. A Rocha est une organisation caritative chrétienne qui équipe les chrétiens pour qu’ils prennent soin de l’environnement. 
  1. Le chapitre 4 du livre de John Stott Le disciple, une vie radicale 
  1. Prarthini a également écrit un livre dans lequel elle partage des histoires sur la protection de la création dans le contexte de la Malaisie et de Singapour.  

Au fur et à mesure que les étudiants recherchent davantage d’informations, Dennis souligne qu’ils cherchent des perspectives dans leur propre contexte. Il suggère aux étudiants de trouver des articles locaux sur la vie durable plutôt que de suivre les conseils d’autres pays qui peuvent ne pas être aussi pertinents. 

La perfection est impossible 

Alors que vous commencez votre propre parcours vers la protection de la création, Rebecca et Dennis veulent que vous sachiez que la perfection est impossible.  

« Nous n’essayons pas de sauver le monde », dit Rebecca, « mais nous gardons notre espoir en Christ et en sa nouvelle création. Voilà notre espoir. Et notre réconfort. Parce que les choses de ce monde disparaitront ». 

Plutôt que d’ajouter à une liste chrétienne de choses à faire, les étudiants espèrent que le partage sur la protection de la création inspirera un changement de comportement chez les autres. Elle nous rappelle qu’il ne s’agit pas de prendre des décisions parfaites. 

« Il s’agit d’être conscient de nos choix de vie au jour le jour et de ce qui devrait le motiver. En fin de compte, nous voulons penser moins à nous-mêmes et plus aux autres ».  

Que pouvez-vous faire pour développer un sentiment d’émerveillement pour la création de Dieu dans votre propre contexte ? Comment pouvez-vous changer vos habitudes pour prendre soin des autres tout en vous souciant de la création ? 

Interagir avec l’université

Find out more
Toutes les publications de Conexión