by Tycho Atsma on Unsplash

Sois un étudiant international pour Jésus

Le besoin d’avoir des étudiants internationaux tournés vers la mission autour du monde

Le chiffre global d’étudiants internationaux connaît une hausse. Aujourd’hui, plus de cinq millions d’étudiants étudient en dehors de leur pays. Non seulement les chiffres sont impressionnants mais également la diversité des pays dont ces étudiants sont issus, y compris plusieurs pays fermés du Moyen-Orient et d’Asie centrale où il y a très peu de chrétiens. Si ces étudiants venaient à connaître Jésus, les répercussions ultérieures dans le monde seraient importantes.

En arrivant à Tokyo le premier jour, j’avais l’impression d’être un poisson rouge qu’on fait tomber dans l’océan. J’avais entendu dire que c’était un endroit grand. Mais ça a dépassé toutes mes attentes bien au-delà. Partout où je regardais : il y avait des gens, des voitures, de grands gratte-ciels, à une échelle que je n’aurais jamais pu imaginer. Et c’était ce qui allait être mon chez moi pour les trois années qui allaient suivre… Je n’étais pas sûre s’il me fallait rire ou pleurer.*

Tout simplement hors de portée

Le nombre d’étudiants internationaux a connu une croissance si rapide que, presque dans tous les cas, l’église locale n’a pas été en mesure de suivre. Le ministère parmi les étudiants internationaux (ISM) manque grandement de ressources au niveau mondial et donc la plupart des étudiants internationaux ne sont pas atteints par l’évangile. Les quelques équipiers ISM qui servent sont généralement en grande infériorité numérique. En Chine par exemple, on estime que pour chaque équipier ISM, il y a 25.000 étudiants internationaux.

De nombreuses églises souhaiteraient s’engager dans l’ISM mais n’ont pas les ressources pour investir dans le développement de ce champ de mission grandissant. Les barrières linguistiques et culturelles impliquent que les étudiants internationaux ont généralement du mal à être en interaction avec le ministère régulier de l’église. Par ailleurs, dans certains pays, l’accueil des étrangers attire une attention non désirée de la part du gouvernement et peut mettre l’église en danger.

Les étudiants internationaux peuvent être au seuil de leur porte et pourtant encore hors de portée.

by Liam Burnett-Blue on Unsplash

La solution évidente

Lorsque je suis arrivé au Kazakhstan pour la première fois, je ne pouvais presque pas parler la langue locale. Je pouvais juste dire « bonjour », « comme ça va? » et « je ne comprends pas ». J’ai utilisé la dernière expression de nombreuses fois au cours des quelques premiers mois. Je me suis inscrit à un cours d’apprentissage de la langue en intensif : leçons toute la matinée et étude personnelle toute l’après-midi. Dans la classe, on a appris à bien se connaître. On était 12 et il n’y avait pas deux étudiants du même pays: Laos, Érythrée, Allemagne, Indonésie, Philippines, Vietnam, Russie, Kirghizistan, Ghana, Rwanda et Nouvelle-Zélande. Une fois, on devait donner une présentation en classe sur une fête qu’on célèbre et l’étudiant du Ghana a parlé de Pâque. Je n’avais jamais entendu ce à quoi les chrétiens croyaient avant. Ça m’a vraiment fait réfléchir. Cet étudiant est devenu un ami proche.*

Culturellement et linguistiquement parlant, un Ghanéen et un Kazakh ont peu de points communs. Mais dans un pays qui est étranger aux deux, ils sont dans le même bateau. L’étudiant du Ghana n’est peut-être pas appelé à la mission à long-terme ici. Il n’est peut-être pas doué en langues. Mais il est possible qu’il soit le seul chrétien que l’étudiant kazakh connaisse. Il a une occasion en or pour toucher les vies de ses camarades de classe et de résidence universitaire simplement en vivant et en étudiant de tout cœur pour Jésus.

by Tiago Rosado on Unsplash

Pourquoi pas moi ?

L’étudiant chrétien Sam** des États-Unis a décidé de faire son programme de deux ans en Asie de l’Est. Il partage son expérience :

« Ça a vraiment été organique dans le développement de relations honnêtes et authentiques avec les gens avec lesquels je vais en classe et je vis. C’est quelque chose que tout le monde peut faire. Il y a vraiment de grandes opportunités d’apprentissage et de rencontre également avec des gens du monde entier. Mes camarades de classe viennent de 20 pays différents et dans ma résidence, il y a des étudiants de nombreux pays où l’évangile n’est pas connu. Et cette ville est un endroit vraiment sympa et passionnant. »

by Ben Blennerhassett on Unsplash

Nous avons besoin de plus d’étudiants dans le monde qui donnent une ou deux années pour aller et atteindre quelques étudiants dans ce vaste champ de mission. Sans doute, les meilleures personnes pour atteindre les étudiants internationaux sont d’autres étudiants internationaux. Que ce soit pour apprendre la langue pendant une année ou pour participer à un programme d’échange pour un semestre, ou même pour poursuivre des études de troisième cycle, il y a beaucoup d’options dans toutes les villes dans le monde, et plusieurs de ces étudiants viennent avec des bourses complètes. Ces camarades de classe ont besoin d’amis et en particulier d’amis qui peuvent leur parler de Jésus.

Beaucoup d’entre nous posent la question « Pourquoi moi ? » Peut-être que la meilleure question à se poser serait davantage « Pourquoi pas moi ? »

Contacter votre mouvement national si vous êtes intéressés pour en savoir plus.

For further reading related to this subject, read Phil Jones’ article ISM in Reverse.

* Basés sur des histoires vraies

* Nom modifié

Toutes les publications de Conexión