Échange étudiant dans le cadre d’une semaine d’évangélisation

Le GBEU Suisse rencontre l’UCCF Grande-Bretagne

En Suisse, le semestre universitaire était enfin terminé. Quatre étudiants ont bouclé leur valise et ont pris la direction de l’aéroport. Mais ils ne rentraient pas chez eux. Et ils ne partaient pas en vacances. Ils allaient passer une semaine à installer des chaises, à distribuer des flyers et à faire des sandwichs. Beaucoup, beaucoup de sandwichs.

Les étudiants du GBEU Suisse, Chloé, Clara, Isaline et Olin, accompagnés du stagiaire William et de l’équipière Noël, sont partis aider les étudiants de l’université d’Oxford (OICCU) en Angleterre à l’occasion de leur semaine d’évangélisation.

Nous avons contacté Chloé, étudiante d’anglais et d’histoire à Genève, pour en savoir plus :

« Je suis partie sans savoir exactement ce que j’allais vivre, mais je savais que j’apprendrais à connaître Dieu davantage, et à parler de Jésus à mes amis. Je voulais rencontrer des non-chrétiens et savoir quel genre de questions ils posent. »

Guirlandes électriques et sandwichs

Leur première mission a été de transformer l’hôtel de ville en une sorte de coffee-bar accueillant et cosy, illuminé de guirlandes électriques féeriques, avec des canapés, des coussins et des plantes. Ils ont également été chargés de préparer des sandwichs pour nourrir chaque jour les étudiants affamés qui venaient au snack.

Ce n’était peut-être pas glamour, mais c’était parlant pour les étudiants de l’OICCU, et pour les non-chrétiens qui observaient. Un étudiant curieux a dit à Chloé : « Tu dois vraiment croire à ce Jésus pour être prête à faire tout ce chemin juste pour être là cette semaine. »

Les journées étaient longues et bien remplies. Les matinées commençaient par un temps de prière à 8 heures. Les journées finissaient tard avec des rencontres pour faire le point après les événements de la soirée. Et le reste du temps, tout se déroulait dans une langue étrangère. Ce fut une semaine épuisante pour les étudiants du GBEU. Qu’ont-ils pensé de cette expérience ?

« Même si c’était fatigant, on s’est bien amusés. Et ça en valait vraiment la peine. C’est super à faire pour se rapprocher de Dieu et apprendre à mieux le connaître. Il y a tant d’occasions où l’on se retrouve seul dans une situation, et où on réalise que la seule personne qui peut nous aider, c’est Dieu. C’était aussi très sympa de travailler avec des étudiants d’une autre université de mon pays et d’apprendre à mieux les connaître. »

Famille élargie

Pour les étudiants, ce fut l’occasion de prendre conscience du fait qu’ils font partie de quelque chose de plus grand. De quelque chose qui dépasse les portes de leur université, qui va bien au-delà des frontières de leur pays. L’équipière Noël revient sur cette expérience :

« Il a été très encourageant de voir que nous faisons partie d’une grande famille. Nous avons des frères et sœurs partout. Et nous avons la même bonne nouvelle à partager. L’Évangile est centré sur Jésus-Christ, et c’est vrai quel que soit le pays et la ville d’où l’on vient. Je recommande donc vivement aux autres mouvements de l’IFES de développer ces partenariats. Pourquoi n’iriez-vous pas rendre visite à votre famille élargie ? ! »

Ce n’était d’ailleurs pas la première fois que les étudiants suisses et britanniques se rencontraient. En septembre dernier, cinq étudiants de l’OICCU ont passé deux semaines à Genève, pour les aider à mettre en œuvre le programme anglais parallèle lors du congrès étudiant du GBEU. Ce temps a marqué Gwilym, étudiant à Oxford, qui était responsable du voyage :

« J’ai été encouragé par la foi et l’engagement des étudiants de Suisse romande et par leur zèle pour l’Évangile et l’évangélisation. Pendant notre séjour, j’ai à nouveau pu constater à quel point Dieu est le Seigneur de toutes les nations, et que son Évangile doit être proclamé aux personnes de toutes les cultures et de toutes les langues. »

Ils étaient heureux de se retrouver à Oxford. Noël espère que ce partenariat perdurera, et il est déjà prévu qu’un autre groupe d’étudiants d’Oxford retourne à Genève cet été.

De retour en Suisse

En retournant dans leurs universités respectives, les étudiants tiennent à ne pas oublier l’expérience qu’ils ont faite à Oxford. Chloé réfléchit à l’incidence de cette expérience sur sa vie :

« J’aurai désormais plus d’assurance pour parler clairement de Jésus. Je prierai davantage : je commencerai par prier quand je voudrai parler de Jésus à un non-chrétien. Prier, c’est la première chose à faire. »

Dans les universités suisses, le contexte est très différent. La plupart des étudiants ne vivent pas sur le campus, ce qui peut rendre le partage de l’Évangile plus difficile.

« Il est plus difficile d’avoir des relations profondes avec des étudiants sur le campus. Merci de prier pour le développement de l’esprit communautaire. Priez que les étudiants chrétiens puissent avoir des relations authentiques avec les non-chrétiens. Le fait qu’ils soient témoins de notre style de vie aura plus d’impact. »

Le GBEU tiendra sa 5e semaine d’évangélisation à l’université de Lausanne au mois d’avril. Noël nous a demandé de prier que les étudiants du GBEU fassent preuve de hardiesse lorsqu’ils parlent de Jésus à leurs amis.

« Dans un pays où les gens ont à peu près tout, il est difficile pour eux de voir qu’ils ont besoin de Jésus. Mais priez que les étudiants perçoivent l’Évangile comme une bonne nouvelle qui transforme la vie. Priez que leur passion pour la mission et pour Jésus soit renouvelée. Jésus-Christ est au centre du christianisme ; c’est vrai à Oxford et en Suisse, comme à l’autre bout du monde. »

Dans un monde où les divisions politiques et nationales sont toujours plus nombreuses, quel privilège nous avons de faire partie de la famille mondiale de Dieu, unis en Jésus-Christ. Remercions Dieu ensemble pour ce modeste exemple de partenariat pour l’Évangile entre mouvements de l’IFES. Votre groupe d’étudiants pourrait-il envisager un échange entre mouvements dans le cadre de l’évangélisation, pour apprendre et s’encourager mutuellement ?

All Conexión posts