Grèce: Ce n’est pas sorcier

« Ce n’est pas sorcier »  

Voilà ce que Sofia Papaspyrou veut que les étudiants grecs comprennent lorsqu’ils ouvrent la Bible. Elle est bénévole chez ethos_SXEF, où elle travaille avec l’équipier Jonathan Clark, pour montrer aux étudiants la richesse des Écritures. 

Dans un pays qui s’appuie fortement sur la tradition religieuse orthodoxe, les étudiants n’ont pas l’habitude de lire la Bible par eux-mêmes. Les étudiants issus du milieu évangélique sont souvent habitués à subir des études bibliques plutôt qu’à y participer. De nombreux étudiants croient qu’ils ne sont pas capables de comprendre un passage de l’Écriture sans l’aide d’une autorité religieuse. Dans les milieux évangéliques, cela peut également être le cas, de nombreux étudiants étant peu confiants que Dieu parle à travers sa Parole. Certains aiment étudier la Bible mais ne mettent pas souvent en pratique ce qu’ils apprennent.  

Ainsi, lorsque Jonathan et Sofia proposent aux étudiants de partager leurs impressions du texte, ils sont perplexes. La façon dont ils étudient la Bible semble trop simple. Pourtant, les étudiants se rendent vite compte que tout ce dont ils ont besoin est à leur portée. Jonathan encourage les étudiants à ne pas se contenter de saisir le sens d’un passage, mais à chercher plutôt des éléments liés au contexte dans le passage ainsi que dans d’autres parties de l’Écriture. De cette façon, ils laissent la Bible interpréter la Bible.  

Lorsque les étudiants découvrent que l’étude des écritures n’est pas un processus réservé aux autorités religieuses, ils deviennent passionnés par la Parole de Dieu. Jonathan souhaite que les étudiants comprennent mieux l’Écriture afin qu’ils soient motivés à la mettre en pratique au sein de leurs vies et qu’ils aient le désir de partager cette vérité à leurs camarades de classe. Une étudiante, également nommée Sofia, raconte :  

« Notre dernière discussion autour de 2 Timothée 2:2 a complètement changé ma vision sur la vie d’un disciple. Nous avons parlé sur le fait que dans notre pays les discussions autour de la Bible en « un à un » ne sont pas courantes. Après avoir prié et demandé l’avis de mon mentor, j’ai décidé de commencer une étude avec une amie plus jeune de l’église. » 

Bien que Jonathan et Sofia aient été encouragés par les progrès réalisés dans l’étude de la Bible, il reste encore beaucoup à faire en Grèce. En 2018, ils ont reçu une aide financière du pôle « Défricher de nouveaux territoires » de l’IFES, qui leur a permis de créer un nouveau groupe dans une zone pas encore atteinte. Près de trois ans plus tard, ils continuent à motiver et à lancer des groupes d’étudiants dans les villes qui en ont besoin. Seriez-vous prêt à nous rejoindre cette semaine pour prier pour le mouvement en Grèce ? 

  • Priez pour les étudiants impliqués dans l’étude biblique par l’intermédiaire d’ethos_SXEF. Priez pour qu’ils saisissent combien la Bible est pertinente et peut apporter de la puissance dans leur vie. Priez pour qu’ils aient le désir de partager ce qu’ils apprennent avec leurs amis. 
  • Priez pour que davantage de personnes comprennent l’importance du ministère parmi les étudiants en Grèce, car de nombreuses églises ne voient pas la nécessité de créer de nouveaux groupes. 
  • Priez pour Jonathan Clark et sa femme Dawn qui travaillent avec des groupes d’étudiants en Grèce tout en faisant face aux éléments interculturels. Priez que Dieu les aide à persévérer alors qu’ils rencontrent des oppositions liées à l’orthodoxie traditionnelle et aux normes culturelles.  
All Prayerline Stories