Première parole : Vivre une réconciliation radicale et bouleversante au quotidien

Les événements tels que l’attaque terroriste de la semaine dernière, à Manchester, nous rappellent à tous les querelles, les guerres et les conflits qui perdurent partout dans le monde.

Qu’il s’agisse de terrorisme international, de populations vulnérables qui n’ont d’autre choix que de fuir à cause d’un conflit armé ou de la persécution, ou de la difficulté de vivre dans une société qui ne tolère pas la différence, nous pouvons tous nous identifier avec des forces ou des situations sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle.

La réaction naturelle devant la douleur et la souffrance est d’ériger des murs pour nous protéger. Mais que se passe-t-il lorsque ces murs nous emprisonnent à la fin?

À plus petite échelle, des paroles dures échangées, des tensions dans nos relations, peuvent facilement nous faire glisser vers le ressentiment ou l’amertume envers l’autre. Ce n’est pas là simplement une chose qui nous fait du tort à la longue, mais elle va à l’encontre des valeurs du royaume pour lequel le Christ a donné sa vie.

Choisir de pardonner dans des contextes où la douleur a été significative peut s’avérer extrêmement difficile ; toute mention d’une complète réconciliation peut sembler quasi impossible.

Lorsque nous avons réfléchi aux sujets à traiter dans ce deuxième numéro de Conexion (merci à tous ceux qui ont partagé leurs commentaires au sujet de la première parution le mois dernier), j’ai été frappé par l’importance de réfléchir aux enjeux de la réconciliation et de présenter quelques articles entourant ce thème. Cela s’est confirmé lorsque j’ai parlé avec ceux qui sont impliqués dans un travail de réconciliation dans le contexte de conflits nationaux historiques qui perdurent.

Les récits déchirants du Rwandais, Antoine Rutayisire, les démarches des étudiants de Colombie en vue de surmonter et réparer les divisions qui règnent sur leur campus par le biais d’un projet créatif et les efforts déployés par le pasteur de l’Irlande du Nord, Steve Stockman, pour aider à guérir et résoudre les divisions qui ont régné pendant des décennies dans son pays d’origine, démontrent à quel point le pouvoir de l’Évangile peut transformer radicalement les relations entre les individus ainsi que les communautés. Tout cela est vraiment encourageant !

Ces histoires sont non seulement profondément émouvantes, mais elles servent aussi d’exemples percutants de comment « vivre » une véritable réconciliation. Je me réjouis de découvrir comment elles vous auront mis personnellement au défi.

En lien avec ce thème, nous sommes également heureux de partager les paroles percutantes de Michael Ramsden, directeur du ministère international Ravi Zacharias (RZIM).

Michael était le conférencier invité au Congrès d’évangélisation étudiant de l’IFES Europe durant la période de Pâques et il propose dans Conexion quelques pensées sur ce qui risque de se produire dans les années à venir sur les campus universitaires de la région et ce pourquoi nous devrions prier.

Vous trouverez également un texte de Bret Staudt Willet— directeur du ministère des espaces numériques au sein d’InterVarsity/USA — sur la manière dont la technologie peut contribuer à faire de nous de meilleurs individus et à changer le monde.

Aussi, nous poursuivons nos conversations Dans l’ascenseur avec la Secrétaire régionale adjointe de l’IFES pour l’Asie de l’Est, Annette Arulrajah, et nous avons inclus un mot d’encouragement du Secrétaire général de l’IFES, Daniel Bourdanné, en rapport avec l’année écoulée.

Dans tout ce que vous entreprendrez ce mois-ci, nous espérons que ces articles vous apporteront inspiration, encouragement et qu’ils vous mettront réellement au défi.

Nous nous réjouissons de lire vos commentaires à ce sujet.

Richard Woodall, Responsable éditorial

All Conexión posts